Fil de navigation

En séance du 25 avril 2011, le Collège communal a émis un avis défavorable au projet de parking provisoire Chemin Long tel qu'il avait été présenté par Infrabel en février 2011.

Les motivations du refus sont principalement les manquements déjà constatés par le service urbanisme et les objections formulées par La Hulpe Nature, qui ont également été formulées par de nombreux citoyens et dans une pétition.

Le collège attend qu'Infrabel développe des alternatives au parking provisoire proposé. Infrabel n'est pas obligé de donner suite aux demandes du collège. Le fonctionnaire délégué de Région Wallonne peut d'ailleurs délivrer le permis sans tenir compte de l'avis de la population (exprimé par le biais du collège).

Aux dernières nouvelles, en date du 18 mai, le fonctionnaire délégué du SPW a bien signifié son refus à Infrabel pour le permis urbanisme du Parking Provisoire Chemin Long. Infrabel a trente jours (à partir de la date de réception de l'avis) pour introduire un recours auprès de la RW.

Pour La Hulpe Nature le parking provisoire ne doit pas faire l'objet d'une demande isolée mais doit s'intégrer dans le projet de construction du nouveau bâtiment de parking et l'aménagement des voiries, et ceci conformément à l'article D.66 du code de l'Environnement (tel que nous l'avons déjà exprimé dans nos lettres dans le cadre de l'enquête publique pour le projet de parking principal de la gare).

Nous reprenons ci-dessous les Motivation du refus par le collège (extrait du registre aux délibérations du collège communal du 28 avril 2011):

  • 16 lettres de réclamation (dont celle de LHN au nom de tous ses membres)
  • Une pétition de 100 signatures
  • Considérant que plusieurs questions restent en suspend :

-     au niveau des aménagements : quid stabilisation par empierrement, de quel type,... ;

-     Au niveau de la mobilité : quid des accès et de la circulation de ces 97 voitures en plus du charroi du chantier dans ces voiries de quartier ;

II s'agit de terrains de la SWL : quel est son avis par rapport à cette demande ;

-     Quid réversibilité de l'aménagement et remise en pristin état après occupation ;

Quid des aménagements proposés pour retenir la première couche de terre en bordure du talus ;

Quid du jardin de l'habitation d'Overijse qui se termine sur La Hulpe ;   la première place de parking n'est-elle pas reprise dans ce jardin ;

-     Qui circulation au sein même du parking et signalisation qui sera mise en place ;

  • Considérant que peu d'informations supplémentaires ont été apportées suite à la demande du Collège ;
  • Considérant que l'emprise exacte du projet n'est pas précise et que l'alignement ne figure pas sur les plans ;Considérant que le projet s'écarte du Schéma de structure communal ;
    • Considérant que le projet déroge aux prescriptions du RCU ; que le Fonctionnaire délégué n'a pas sollicité la mise à l'enquête publique du projet pour ce motif ;
    • Considérant que, bien que ce site présente un avantage certain pour Tucrail vu sa proximité avec le passage sous voies, les réclamations introduites par les riverains s'opposant au projet de parking provisoire sont fondées ; que le Collège s'y rallie ;
      • Considérant que l'aménagement de la zone de la gare en cours de discussion aura un impact sur le quartier dans son ensemble ; que la réflexion relative au parking provisoire devrait donc être élargie, sur une zone s'étendant de part et d'autre du chemin de fer et s'inscrire dans un dossier global ;
      • Considérant que le chemin Long est bordé à certains endroits d'un véritable talus présentant une dénivelée importante ; que les emplacements ne peuvent s'inscrire dans la pente sans modification du relief du sol ; que le dossier n'apporte aucune précision à ce sujet le relief du sol n'étant pas détaillé, hormis deux coupes type ;
      • Considérant que la solution proposée est peu satisfaisante notamment pour les motifs suivants :
      • II est impossible de pour une voiture de faire demi-tour à l'extrémité du chemin Long (du côté du piétonnier) ; le stationnement projeté perpendiculairement à la voirie dans ce tronçon est donc impossible; le nombre de places prévues pour le parking provisoire descend dès lors à 60 ;
      • II n'est pas réaliste de ne proposer que 60 emplacements de stationnement au lieu des 450 que compte actuellement les différents parkings existants ;
        • Considérant que les implications en terme de mobilité ne sont ni étudiée, ni développé ; qu'un plan de circulation aurait été indispensable ;
        • Considérant que la création de ce parking ne solutionnera pas la problématique du parking sauvage ; Considérant que ce projet remet tout à fait en cause les options que les règles entendent protéger ;
          • Considérant que ce projet est inapproprié à cet endroit ; qu'il nie les caractéristiques du quartier et que, même provisoire, il ne s'intégrera dès lors pas du tout à son environnement bâti et non bâti ;
          • Considérant que le projet représente une véritable moins value pour les propriétés voisines ;
            • Considérant que le projet diminue de façon considérable le caractère vert et paysager de ce site ; qu'en effet, la partie concernée de la parcelle doit être entièrement débroussaillée et certains arbres abattus ; que le projet envisage le maintien utopique (vu leur proximité avec le parking) de certains arbres ;
            • Considérant qu'lnfrabel propose de conserver la première couche de terre grattée pour laisser place à l'empierrement ; que stocker et réutiliser l'humus gratté est ici une mauvaise solution étant donné qu'il s'agit d'un humus issu de résineux et dès lors de mauvaise qualité ;
            • Considérant qu'il s'agit d'une minéralisation déguisée qui risque d'engendrer d'importantes modifications dans le régime d'écoulement des eaux de ce versant ;
            • Considérant que ce projet est une source de multiples nuisances (sonores, visuelles, olfactives, de mobilité, paysagères...) ; que les allées et venues des véhicules nuiront à l'habitabilité des logements voisins ;
            • Considérant que les débouchés sur le Chemin Long et sur l'avenue des Canards d'un parking d'une telle capacité sont dangereux, non développés et non étudiés ;
            • Considérant que  le  projet est  contraire  au  bon  aménagement  des  lieux  et  aux  principes d'aménagements du territoire développés dans la commune ;
            • Considérant que la problématique du parking nécessite une réflexion globale ; qu'il y a lieu entre autres de ne pas hypothéquer cette réflexion par un projet non réfléchi et hâtif ;
            • Considérant qu'il y a lieu de proposer une véritable alternative, crédible et réaliste, en étudiant toutes les possibilités (nouveaux endroits, navettes,...) ;
            • Considérant que ce projet ne peut être que refusé,
            • Décide : Article 1 : d'émettre un avis défavorable à la demande.
            • Article 2. d'en informer le Fonctionnaire délégué ainsi que les riverains