Fil de navigation

LHN supporte l'action de la Ligue Royale Belge de Protection des oiseaux en faveur des rapaces. 

Vous trouverez ci-dessous copie d'une lettre adressée au quotidien Vers l'avenir.

Objet : Article « VERS L’AVENIR » de Romain Van der Pluym « Maître fauconnier et Rapaces de compagnie » du 26 juillet 

La Hulpe Nature asbl vous informe qu’elle s’oppose vivement aux spectacles de vol de rapaces qui sont organisés de plus en plus fréquemment lors de manifestations publiques, ainsi qu’aux stages dits de « fauconnerie ».

 La Hulpe Nature asbl vous demande avec insistance de ne plus faire l’apologie des démonstrations de rapaces ou des stages de fauconnerie.

Malheureusement, un de ces montreurs de rapaces est en activité à La Hulpe et utilise tous les médias qu’il peut pour faire la publicité de ses activités très discutables et lucratives en matière de démonstration de rapaces, le terme de « de compagnie » ne pouvant certainement pas être utilisé pour des animaux sauvages retenus captifs. 

Vous trouverez ci-dessous, brièvement, les arguments qui justifient notre position. 

La « démonstration » de rapaces, domestiqués à des fins commerciales, est contraire aux principes élémentaires  du bien-être animal  et elle est en porte-à-faux radical par rapport aux enjeux de protection de l’avifaune :

•             les rapaces sont emprisonnés et encagés à longueur de journée ; ils sont donc privés de leur liberté d’agir et de voler.

•             le spectacle de rapaces qui n’ont qu’un piquet pour se reposer, s’envolent et se puis blessent en retombant, car ils portent une chaine à une de leurs pattes, est affligeant et cruel envers les animaux.

•             les oiseaux sont soumis à un entrainement contraire à leur mode de vie sauvage.

•             l’enfermement, les entraves et le « travail » excessif constituent des atteintes graves au bien-être de ces oiseaux.

•             dans le cas des rapaces nocturnes le « mal-être » est encore aggravé par l’exposition à la lumière du jour, surtout par journée de grand soleil .

•             le stress dû au bruit est d’autant plus perturbant que les rapaces disposent d’une ouïe extrêmement fine. 

Le commerce illégal des rapaces engendre une perte de biodiversité très inquiétante. En effet,  la mode des  « voleries »  de rapaces  repose sur des oiseaux dont l’origine est toujours suspecte : récoltes d’œufs sur les aires, prélèvements de juvéniles au nid, bagues truquées, transports traumatisants pour les rapaces, maladies, etc.

Internet permet l’achat illégal mais pourtant très aisé, d’animaux parfois rares, dont les populations sont déjà en souffrance souvent à cause de la destruction des biotopes. L’importation de poussins arrachés à leur nid accentue encore la pression sur les populations sauvages fragilisées. 

Les spectacles de volerie de rapaces sont contraires à tout principe d’éducation de la jeunesse et du grand public : ils créent un engouement dangereux à vouloir détenir chez soi des rapaces, espèces protégées par la loi, et donnent à penser que l’homme a le droit de s’approprier la liberté d’un d’animal sauvage, alors que, face à la dégradation de notre environnement et la perte de biodiversité,  c’est le respect de la faune et de la flore qui doivent faire partie des références socioculturelles de notre société. 

La Hulpe Nature asbl vous demande de ne plus publier d’articles relatifs aux spectacles publics de volerie de rapaces si ce n’est que pour dénoncer ces pratiques hautement dommageables aux rapaces. Le spectacle qu’offre ces derniers en liberté,  et les oiseaux en général, ne nécessite certainement pas le recours à des démonstrations totalement dénaturées et qui ne profitent qu’à leurs organisateurs.

Notons enfin que, si la fauconnerie a bien été reconnue par l'Unesco comme patrimoine immatériel de l’humanité, elle est avant tout définie comme un art noble  et ancestral d'une forme de chasse. Les démonstrations de rapaces n'ont bien entendu rien de commun avec la fauconnerie.

Dans l’attente de vous lire, nous vous prions, d’agréer l’expression de nos salutations les meilleures. 

Renaud Delfosse,

Président